Ma Grosse Histoire

MaGrosseHistoire_Ego
EGO :

Je suis issu de l’union improbable entre un papa requin, Merlin, et d’une maman baleine, Marlène.

Selon ma mère, à l’âge d’un an, je parlais déjà couramment (et sans accent) trois langues: la sardine, le poulpe et l’anchois.

A l’âge de trois ans, toujours selon maman, j’étais capable de parcourir une distance de mille kilomètres à vélo sans les petites roues!

Doté d’un solide appétit et d’un caractère bien trempé (normal, me direz-vous, pour un poisson), mes parents ont tout de suite vu en moi la future fierté de la famille. J’ai tenté de répondre à leurs attentes en me lançant à l’âge de sept ans dans une carrière internationale de natation. Mais ma peur incontrôlable de l’eau m’a fait raté la première leçon et remis à plus tard cette bonne résolution.

Ce qui me reste de ce glorieux épisode ? Un short de bain et un tee-shirt jaune que je porte encore tous les jours, été comme hiver.

 

MaGrosseHistoire_David
Mon papa d’adoption, David Delabrosse : 

Fin 2002, David Delabrosse ouvrait les concerts de Yann Tiersen sur la tournée C’était ici. Ils se retrouvent plus tard à Paris, où Yann produit et arrange son 13m2 sorti fin 2006. Un disque remarqué par la critique. Son nouvel album Le son de l’hallali est sorti en septembre 2011, il a été également remarqué par France Inter

En 2012, il rencontre la plasticienne Marina Jolivet avec laquelle il entame une collaboration sur un projet jeune public, Ego le cachalot.

Le disque sorti en novembre 2013 a reçu une forte adhésion de la part du public et de la presse (Télérama, Astrapi …).

Il y interprète un répertoire peuplé de personnages, pour la plupart des animaux, que l’on retrouve sur scène à ses côtés sous les traits de “bêbêtes” en bois peint pleines d’audace. Il y a des boites à rythmes, de la guitare électrique et la couleur musicale est résolument pop !

 

MaGrosseHistoire_Marina
Ma maman d’adoption Marina Jolivet : 

Lancée par sa première expo à l’Espace Crous en octobre 2005, Marina Jolivet peint à l’acrylique toutes sortes de supports (bois, moumoute, bidules en plastiques…) qu’elle façonne pour créer des bébêtes pleines d’humour dans des situations variées (pénible, insolite, confortable…).

Autodidacte, elle a failli être chercheur en chimie dans une vie antérieure, mais frappée d’une soudaine lucidité, elle a senti qu’elle n’allait rien trouver.

Elle est devenue récemment peintre en bâtiment, métier qu’elle affectionnait particulièrement mais qu’elle a choisi d’abandonner en octobre 2008 pour se consacrer à l’élevage de manchots en bois.

 

La genèse de Ego